You are here: Home // Actualités, Finance, Images // Bernard Madoff et les dirigeants occidentaux

Bernard Madoff et les dirigeants occidentaux

Tout le monde a encore en mémoire l’histoire de ce financier de Wall Street, ancien Président du NASDAC, qui a mis au point un système frauduleux, dit ‘chaine de Ponzi’, pour un montant d’environ 50 milliards de USD et qui fut condamner à 150 ans de prison le 29 juin 2009.
Bernard Madoff, appelé l’escroc du siècle, a créé un système très simple qui consiste à récolter de plus en plus d’argent, à distribuer plus de revenus que n’en rapporte cet argent et ceci en utilisant l’argent des derniers investisseurs pour payer les précédents.
Depuis des nombreuses années, et surtout depuis octobre 2008, que font les dirigeants de nos pays occidentaux, leurs conseillers et les Présidents des banques centrales ?
Ils empruntent de plus en plus d’argent sur le marché international des capitaux. Le budget des Etats occidentaux étant de plus en plus en déficit, ils utilisent l’argent reçu pour, dit on poliment ‘combler le déficit budgétaire’. Autrement dit, pour payer les fonctionnaires, financer la sécurité sociale (en déficit permanent), tenir leurs engagements de payer des pensions, payer les chômeurs, régler les intérêts des dettes antérieures, etc.
L’argent emprunté n’étant pas destiner à financer des développements profitables, cet argent produit moins que le rendement (faible) payé aux investisseurs.
Nos dirigeants occidentaux n’auraient-ils pas copié le système Madoff ?
Les agences de rating, si souvent décriées pour leur complaisance vis-à-vis de grandes sociétés et d’Etats avant qu’apparaissent clairement leurs difficultés (ENRON, pays asiatiques lors de la crise de 1997, etc., etc.), voire de produits toxiques (subprimes, CDS, etc.) sont de moins en moins discrètes sur les risques encourus par les investisseurs dans ces ‘chaines de Ponzi’ étatiques.
Elles ont aujourd’hui mauvaise presse, surtout en Europe, car elles se sentent obligées d’adapter leurs évaluations (rating) aux risques réels encourus par les investisseurs.
Toutes ces agences étant, en tout ou partie étasuniennes, elles ne brandissent, vis-à-vis de la dette US, que des menaces ‘atténuées’ en mettant ‘sous surveillance négative’ le triple A des USA.
Par contre, l’agence de rating DAGONG (chinoise), encore peu connue en Europe, a déjà abaissé de deux crans (de AAA et A) le rating de la dette US.
Quel aurait été le rating de ‘Bernard L. Madoff Investment Securities LLC’, sachant que les investigations de la SEC (gendarme de la bourse de Wall Street) n’ont jamais fait apparaître l’escroquerie jusqu’au 12 décembre 2008, jour où Bernard Madoff s’est dénoncé au FBI ?

Une chaine de Ponzi est, d’après Wikipedia, “un circuit financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements effectués par les clients, au moyen essentiellement des fonds procurés par les nouveaux entrants, le système étant découvert et s’écroulant quand les sommes procurées par les nouveaux entrants ne suffisent plus à couvrir les rémunérations des clients ».
Que font actuellement les dirigeants européens pour sauver la Grèce, l’Irlande, le Portugal, à nouveau la Grèce et bientôt l’Italie et l’Espagne ?
Que font les élus étasuniens, tout en se chamaillant entre républicains et démocrates, et en jouant à se faire peur plus approche la date fatidique du 02 août 2011, en relevant le niveau de la dette US ?
Tous augmentent les montants empruntés pour financer les dépenses courantes, utilisation non rentable des capitaux, et emploient une partie de ces capitaux frais pour payer les intérêts des dettes antérieures et rembourser les anciens investisseurs.
Tout comme les sociétés violées par des hackeurs n’hésitent pas à employer ces derniers pour utiliser leur savoir faire, à quand Bernard Madoff, conseiller privé des dirigeants occidentaux ?

Tags:

Leave a Reply

Copyright © 2010-2011 fr.net Le portail favori de la communauté francophone. Tous droits réservés.
.