You are here: Home // Actualités, Finance // Le prix des monnaies de papier ne cesse de baisser

Le prix des monnaies de papier ne cesse de baisser

Nous avons l’habitude de mesurer l’évolution des prix par rapport à notre monnaie, l’euro pour les résidents de la zone euro, le dollar US pour les étatsuniens, le yuan pour les chinois, etc.
Le prix de toute chose s’exprime en argent de papier. Nous trouvons cela normal parce que personne ne pense plus qu’il pourrait en être autrement.
Nos politiques, surtout depuis le 15 août 1971 et la fin des accords de Bretton Woods (suppression par Richard Nixon de la convertibilité du dollar en or) font tout pour nous faire oublier l’or comme monnaie d’échange et ne nous laisser penser et comparer les prix qu’en monnaies de papier.
Il faut dire que l’économiste J M Keynes, dont la théorie a influencé les politiques économiques occidentales et maintenant mondiales (mis à part Cuba et la Corée du nord) depuis les années 30 a qualifié l’or de « relique barbare ».
Il est vrai qu’il est de loin plus pratique, à l’heure de l’argent virtuel, de compter, commercer et investir en prenant pour seul repère une devise papier.
Supposons un instant que nous décidions, par simple jeu, de penser différemment et au lieu d’évaluer l’or en monnaie de papier nous allons évaluer la monnaie de papier en or.
Prenons la date du 15 août 1971, déjà citée, supposons que ce jour là, vous ayez en main, cher lecteur, une pièce d’une once d’or (33,33gr) et moi 35$, soit la valeur de convertibilité du dollar en or depuis 1944 (accords de Bretton Woods) jusqu’au 15 août 1971. Chacun de nous deux met son bien, une once d’or pour vous et 35$ pour moi, dans un coffre. Aujourd’hui, presque 40 ans plus tard, nous décidons d’ouvrir le coffre, vous reprenez votre pièce et moi mes 35$. Il vous suffit d’entrer dans la première banque venue et vous en ressortez avec 1412$ (cours au 12 avril 2011) et moi je reste avec mes 35$. Ceci signifie qu’en presque 40 ans, le dollar papier a perdu 97,52% de son pouvoir d’achat (de sa valeur) contre l’or mais surtout contre tous les autres biens tangibles (minéraux, denrées alimentaires, matières premières, terrains, etc.).
L’histoire nous rappelle que toutes les monnaies de papier crées (en Chine dès le VIII e siècle et en Europe à partir du XIVe siècle) ont toutes disparues, sans valeur. Des quantités de monnaies de papier ont perdu toute valeur et disparu aux quatre coins du monde.
Un humoriste se plaisait à dire que « l’homme est le seul animal de la création capable de prendre du papier de qualité, d’y ajouter de l’encre fine et de faire que le tout finisse sans valeur ». La monnaie de papier est appelée ‘monnaie fiduciaire’ dont l’origine vient du latin ‘fiducia’ qui signifie confiance. La monnaie de papier demande donc qu’on croie en sa valeur. Tous ceux qui ont cru dans les nombreuses monnaies qui ont disparu peuvent expliquer pourquoi ils préfèrent l’or.
L’or est utilisé comme monnaie d’échange depuis la nuit des temps. Il a remplacé les coquillages et le sel (qui a est à l’origine du mot salaire) utilisé avant lui. L’or est un métal inaltérable à l’air et à l’eau ce qui facilite sa conservation et son utilisation en qualité de monnaie, mais surtout il est très rare. La quantité totale d’or réunie constituerait un cube de 20m de côté. Les spécialistes considèrent que nous avons découvert 75% de l’or existant sur terre. La Chine est devenue en 2007 le premier producteur mondial d’or devant l’Australie, les USA, la Russie et l’Afrique du sud.
La perte de valeur d’une monnaie de papier a toujours la même cause, l’émetteur ne peut s’empêcher d’imprimer toujours de plus en plus de monnaie la rendant finalement sans valeur (les Reichsmarks allemands dans les années 1930 et le dollar zimbabwéen actuellement, par exemple).
Ben Bernanke, Président de la FED, figurera dans le Guinness book des records comme le plus grand imprimeur de monnaie de papier de tous les temps. Appliquant à la lettre la théorie de J M Keynes, il produit jour et nuit des quantités incommensurables de dollar US dont on ne constate pas les effets sur la croissance des USA. Par contre, les effets de cette impression massive sur la valeur des monnaies de papier sont tangibles au travers de toutes les hausses de prix que nous constatons partout. Pardon, nous constatons des baisses de la valeur des monnaies de papier par rapport à des choses tangibles.
Que faire ?
Revenir à l’or ?
Surement pas, il est impensable d’utiliser des morceaux d’un cube de 20m de côté pour régler le commerce mondial.
La solution est à chercher : soit dans un retour à la convertibilité des monnaies de papier en or. Ceci limitera les capacités d’impression de monnaie de papier et donc la perte de pouvoir d’achat (valeur) des dites monnaies de papier, soit dans une idée lancée par divers pays au G20 de Londres de 2009, plaidant pour une devise mondiale de règlement du commerce, basée sur un panier de monnaies de papier et sur une certaine quantité d’or.
L’idée a été évoquée mais n’a pas été entendue par l’Empire étatsunien dont la monnaie est de moins en moins bien acceptée par les pays BRIC, pour le règlement de leurs échanges. L’idée est au placard mais elle en sortira et le dollar s’affaiblira.
Pendant ce temps, Ben imprime !
Roger Greden

Tags: ,

Leave a Reply

Copyright © 2010-2011 fr.net Le portail favori de la communauté francophone. Tous droits réservés.
.