You are here: Home // Actualités, Finance // La case de l’oncle Sam

La case de l’oncle Sam

« L’oncle Sam » est aux Etats Unis ce que « la Mariane » est à la France, un symbole intemporel.

Autrefois, en évoquant l’oncle Sam, on faisait référence soit aux Etats Unis, puissance dominante, soit à un hypothétique « cousin d’Amérique » qui aurait réussi son ‘rêve américain’ et dont la fortune supposée pourrait, à son décès, nous revenir comme un gain à l’euro millions.

USA FlagSi l’oncle Sam est aujourd’hui un citoyen américain moyen son rêve lui apparaît, chaque jour d’avantage comme un cauchemar.

250.000 familles ont un des leurs en Irak ou en Afghanistan et rêvent uniquement à le (la) voir revenir vivant(e). Une fois revenu, s’il n’en garde pas de séquelles physiques ou psychologiques, quelles sont ses chances de trouver un emploi quand :

14,1 Millions d’oncles Sam cherchent un emploi, soit 9% de la population active.

3,8 Millions d’oncles Sam ont abandonné toute recherche d’un emploi et sont sortis des statistiques du chômage.

16,5 Millions d’oncles Sam ont un emploi précaire ou à temps partiel.

43,8 Millions d’oncles Sam reçoivent des bons alimentaires (133 $ / mois) distribués par le gouvernement.

45 millions d’oncles Sam, soit 15% de la population, sont pauvres.

5,5 Millions d’oncles Sam ont déjà perdu leur maison dans le cadre des procédures de ‘forclosure’ ne sachant plus payer leur prêt hypothécaire. Voyez concrètement sur :
http://lesmoutonsenrages.wordpress.com/2011/02/22/forclosure-expulsions-americain-en-images/ C’est effrayant, pauvres gens.

1,5 Millions d’oncles Sam sont en passe de perdre leurs maison parce qu’ils sont retard d’une ou plusieurs mensualités de leur prêt hypothécaire. Impressionnant, voyez sur :
http://www.foreclosureconnections.com/

Dans cette situation incroyable au pays de l’oncle Sam, une nouvelle est bizarrement passée inaperçue, la faillite d’AMBAC, en décembre 2010.

AMBAC était un ‘monoliner’ lisez une société qui rehausse la qualité des crédits.
AMBAC rehaussait les crédits des PME.
Son encours total était évalué à 750 milliards $.
La faillite d’AMBAC a réduit la qualité de 750 milliards de crédit accordés aux PME par des banques US et rien n’a bougé. On peut pourtant s’interroger sur l’impact de cette faillite sur les bilans des banques US mais personne n’en a parlé alors que ce chiffre représente le double de l’encours de Lehman Brothers au moment de sa faillite en octobre 2008.

Depuis la crise des subprimes, commencée en 2007, le prix de l’immobilier continue de baisser aux Etats Unis mais les dirigeants de la FED, les traders de Wall Street et les médias affidés continuent d’affiner le taux de croissance pour 2011. On croit rêver.

Après la très célèbre case de l’oncle Tom (un roman de l’écrivain américaine Harriet Beecher Stowe), c’est la case de l’oncle Sam qui risque bien d’occuper le devant de la scène une fois que le gouvernement US arrêtera, comme annoncé, son soutient couteux à Fannie Mae et Freddy Mac (monoliners du crédit hypothécaire) et que les taux continueront de monter sous l’effet de la hausse des prix des matières importées (pétrole, denrées alimentaires, etc.).

Aux amateurs d’une case au pays de l’oncle Sam, attendez encore un peu, la dernière vague de soldes va seulement arriver.
Cerise sur le gâteau, si le dollar faiblit face à l’euro, ce sera encore moins cher pour vous.

Roger Greden

Tags: , ,

Leave a Reply

Copyright © 2010-2011 fr.net Le portail favori de la communauté francophone. Tous droits réservés.
.