You are here: Home // Actualités // De la faim des dictateurs à l’image des musulmans

De la faim des dictateurs à l’image des musulmans

Depuis des dizaines d’années les Tunisiens, Egyptiens, Lybiens, Jordaniens, Yemenites, et d’autres peuples du proche et moyen orient acceptaient le joug de dictateurs plus ou moins sanguinaires.

Ces pays ont en commun, outre un pouvoir autoritaire et corrompu, une population de moins de 25 ans qui varie entre 40 et 60%. Ces jeunes, dont l’avenir et bouché par un chômage endémique ont en plus à faire face à une hausse des prix des denrées alimentaires.

Dans nos pays occidentaux, ceux qui ont la chance d’avoir un bon emploi utilisent 20 à 30% de leurs ressources pour l’alimentation alors que ce taux est de 50 voire 80% dans les pays pauvres.

Il y a actuellement une hausse des denrées alimentaires dues à des récoltes médiocres (fruits des changements climatiques) à l’utilisation de terres fertiles pour produire des biocarburants, à l’augmentation de la consommation de denrées dans les pays émergents à forte population (Chine, Inde, Indonésie, Brésil, etc.) et surtout à l’affaiblissement de la valeur des monnaies papiers sous les coups de boutoirs des Q1, Q2 et autres ‘assouplissements monétaires’ mis en place pour lutter contre les effets de la crise.

Dans nos pays, cette hausse reste encore modérée et est rapidement compensée par une réduction d’autres composants du budget des ménages (vacances, sorties, véhicule, etc.).

En Russie, après un été caniculaire qui a détruit la moitié des récoltes, les hausses sont déjà de 300% sur le pain, les pommes de terre et le sarrasin (produit très consommé par les russes).
Le Président Medvedev a pris, dès le début de la hausse, la parole à la télévision pour montrer son implication dans la mise en place de mesures telles qu’une augmentation significative des pensions (très bas revenus). La paix sociale a un prix.

Cette hausse atteint aussi des pourcentages à trois chiffres sur la farine, l’huile et d’autres produits de base dans certains pays du proche et moyen orient. Certains pays, comme la Maroc, sont obligés de subventionner ces importations dans l’espoir de maintenir la paix sociale.

Dans d’autres pays, cette hausse des denrées alimentaires qui poussent les populations dans la pauvreté, n’est pas tolérée par les jeunes éduqués qui n’acceptent pas, contrairement à leurs aînés, peu formés, de se résigner. En Tunisie, l’immolation d’un jeune désespéré a été l’étincelle qui a mis le feu à toute la jeunesse du pays qui a réussit à faire tomber le mur de la peur du dictateur (tout aussi dur que le mur de Berlin).

Enhardis par le succès Tunisien, dans presque tout le proche et moyen orient les jeunes se mesurent avec succès au mur de la peur du dictateur. De nombreux dirigeants sont, pour des raisons différentes (dictature, manque de perspectives pour les jeunes, hausses des denrées alimentaires, différences confessionnelles, etc.) occupés à vaciller sous les cris d’une jeunesse déterminée.

Même l’Iran et maintenant la Chine semblent atteints par le phénomène.

Il serait dommage d’oublier les ‘prophéties’ du célèbre prévisionniste américain Gerard Celente qui prévoit, depuis deux ans, que les USA connaîtront des émeutes et la loi martiale.
Les faits semblent commencer à lui donner raison, le 19 février, après 5 jours de manifestation, 70.000 personnes se sont rassemblées à Madison (capitale de l’Etat du Wisconsin) pour protester contrer les restrictions budgétaires de l’Etat du Wisconsin (en faillite). Aujourd’hui, cette crise semble s’étendre à l’Ohio voisin. What’s next ?
.
Rose Aguilar de AlterNet.org décrit cette situation, dans un article du 17 février 2011, sous le titre évocateur : « Is Wisconsin our Egypt ? ».

Quoi qu’il en soit, les dictateurs vont tomber et chaque démocrate ne peut que s’en réjouir. Le rêve d’un arrêt de la corruption et d’une meilleure distribution des richesses est dans tous les esprits.
Ces rêves deviendront t-ils réalité ? Les prix des denrées alimentaires vont-ils baisser ?
Les jeunes vont-ils avoir plus de chance de trouver un emploi ? Les futurs dirigeants seront-ils plus démocrates que les précédents ? Les pays vont-t-ils trouver une saine stabilité ?

A chacun, selon son degré d’optimisme, de se faire sa propre réponse en attendant que la réalité la confirme !

En Europe, les révolutions récentes : 1848 (printemps des peuples) et 1989 (chute du mur de Berlin) ont montré que les hommes qui font les révolutions sont rapidement dépassés et mis à l’écart une fois la révolution finie. Les contre révolutions ramènent l’ordre tout en gardant des acquis nés de la révolution.

Quoi qu’il reste dans les pays concernés par le « printemps arabe » l’image, post 11 septembre 2001, du musulman-islamiste barbu va laisser, dans nos démocraties médiatisées, la place à l’image d’un musulman épris de démocratie, au risque de sa vie, sur la place Tahrir ou à Tripoli.

L’histoire nous a enseigné que l’argent est le nerf de la guerre.
Pour la Tunisie et l’Egypte, pays non pétroliers, la principale source de revenus est le tourisme (en Egypte c’est :11% du PIB, 1 travailleur sur 10, le principale source de devises, etc.).
Les touristes ne se rendent que dans des pays calmes politiquement et socialement.
Si les nouveaux dirigeants de ces pays sont sages, ils préserveront le tourisme et le pays redeviendra calme, condition sine qua non.

Soyons optimistes !

Roger Greden

Tags: , , ,

Leave a Reply

Copyright © 2010-2011 fr.net Le portail favori de la communauté francophone. Tous droits réservés.
.